RECHERCHE EN DIDACTIQUE DES SCIENCES

Mise à jour : 29 juin 2016

Pour consulter les publications: cliquez sur l'onglet annexé à cette page


Certaines notions d'anatomie restent difficiles à mémoriser et à maîtriser par l'étudiant, a fortiori lors d'un mouvement ou lorsqu'un organe accomplit sa fonction. Transformer un cours d'anatomie en images mentales et imaginer ce qui se passe sous notre peau est une opération complexe.

L'étudiant n'est pas seul face à ces difficultés ! Du côté de l'enseignant, ces notions peuvent être également plus difficiles à transmettre et les limites des mots rapidement atteintes.

Le recours aux nouvelles technologies est sans doute une solution à ces problèmes mais leur utilisation n'est pas un gage de réussite systématique. 

Une réflexion sur les usages et l'apport des nouvelles technologies doit accompagner tout projet pédagogique, démarche d'autant plus opportune que l'on déplore une désaffectation des jeunes générations pour les sciences. La production de ressources de qualité doit se baser sur des travaux scientifiques publiés dans des revues internationales.

Notre projet intégre donc des travaux de recherche en didactique. Elle est menée au CRIS sur le thème "Neuro-sciences et enseignement de l'anatomie". Le CRIS est le laboratoire contractualisé Equipe d'Accueil de l'UFRSTAPS de l'université Lyon 1 (EA 647). Une collaboration de développe actuellement avec un laboratoire de l'université de Genève, le TECFA.

Le bilan de ces travaux a été présenté à l'occasion du Printemps du Numérique (université de Nanterre, juin 2015; cf vidéo de cette conférence ou le bilan recherche CRIS par N Hoyek.pdf) et les articles cités sont visibles sur les onglets afférents à cette page. La lecture des bibliographies de ces articles montre l'intérêt actuel porté à cette question.

La recherche en pédagogie indissociable de notre démarche

La littérature scientifique montre que l'étudiant peut se trouver en difficulté lorsqu'il doit :

  • structurer l'espace
  • se créer des images mentales
  • réaliser des rotations mentales.

Ces opérations mentales sont permanentes en anatomie alors que les fonctionnalités de la technologie 3D  permettent de :

  • montrer des organes dans les 3 dimensions de l'espace
  • tourner autour des objets suivant le meilleur angle de vue.
  • partir d'une image mentale simple et de complexifier progressivement cette image mentale 
  • montrer un organe en fonction (un muscle qui se contracte et se raccourcit tout en se déplaçant dans l'espace) par exemple.

Ainsi la 3D, en permettant une modélisation appropriée des éléments anatomiques et de leur fonctionnement, favoriserait la création de scénarios pédagogiques susceptibles de réduire ces difficultés. 

C'est sur cette hypothèse que se fonde notre démarche.

La  thèse de doctorat en Psychologie de Sandra Berney porte sur le rôle des animations pédagogiques dans un contexte d'apprentissage multimédia (2014, directrice: Pr M. Bétrancourt, voir l'onglet afférent à cette page). L’étude vise à tester l'impact des vidéos d'anatomie 3D réalisées à Lyon 1 sur les processus d'apprentissage.

Les évaluations que nous menons constituent un complément indissociable de ces données (cf l'onglet "Les évaluations des étudiants"). 

Le CRIS et le TECFA de Genève communiquent leurs résultats lors de nombreux congrès internationaux.

Exemples : 

- 5 ème forum francophone de pédagogie des sciences et de la santé, Québec, Canada, juin 2010 : Validation expérimentale de l'utilisation de la 3D

-"Enseigner en 3D" : Conférence Internationale des Doyens et des Facultés de Médecine d'Expression Française,  CIDMEF Libreville 2011

Cette hypothèse peut s'appliquer à d'autres sciences

D'autres sciences exigent les mêmes pré-requis pour une bonne compréhension. On peut citer la géologie. Ainsi le département de géologie du MIT a sollicité notre équipe pour une conférence à Boston (cf annonce) et une collaboration a pu s'engager (cf Géosciences 3D).

Contact
patrice.thiriet@univ-lyon1.fr
Tél : 06 74 73 18 89